Pourquoi Anne-Marie Escoffier peut-être l’atout maître de Jean-Marc Ayrault ?

par Kephas

th-1« Dans notre Etat, beaucoup de pouvoirs sont de pure forme. Les titres les plus longs dissimulent des postes inoccupés, des compétences sans attribution ». Cette citation qui est extraite de Jours de pouvoir de Bruno Le Maire pourrait parfaitement convenir à Anne-Marie Escoffier. Ministre déléguée auprès de la ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, chargée de la Décentralisation. Ce haut fonctionnaire demeure, malgré sa nomination à ce poste en 2012, quasi inconnue.  Pourtant, François Hollande et Jean-Marc Ayrault pourraient en faire un ministériat essentiel. Depuis trente ans, la France a la tentation de mettre fin au jacobinisme qui caractérise notre pays. Portée en son temps par Jean-Pierre Raffarin et Jean-Paul Delevoye, la loi constitutionnelle du 28 mars 2003 a conféré aux régions de nouvelles compétences et consacré l’autonomie des collectivités territoriales. Il s’agit notamment de la gestion des personnels non enseignants des lycées, de la totalité de la formation professionnelle et de l’organisation des transports ferroviaires régionaux. Cette loi a également posé le principe de l’autonomie financière des collectivités territoriales tout en instaurant le référendum décisionnel local ainsi qu’un droit de pétition.  François Hollande a annoncé, courageusement, qu’il voulait « mettre un terme aux enchevêtrements et doublons ». Il n’écarte pas la fusion des régions.

Pourquoi ne pas alors s’inspirer d’Alexis de Tocqueville qui, dans La démocratie en Amérique, souhaitait cette décentralisation ? Est ainsi affirmé:

Les avantages politiques que les Américains retirent du système de la décentralisation me le feraient encore préférer au système contraire.

Pourquoi ne pas profiter du fait que la gauche est naturellement proche des syndicats afin de faire cette réforme, en douceur ? En réduisant le nombre de communes et en supprimant les départements. Et donner enfin à ce ministère la place qu’il mérite. Majeure.

Kephas

Publicités