La Manif’ pour Tous: Bilan et (auto)critique

par Kephas

En créant ce blog, jamais je n’aurai pensé aborder autant les questions de société. Je voulais évoquer des sujets qui me semblaient prioritaires, il s’agissait pour moi de mettre au coeur de ma réflexion les débats économiques. Discuter de la société nécessite une finesse que je ne pensais pas avoir -l’ai-je aujourd’hui ?-et je ne suis pas convaincu d’avoir toujours fait preuve du tact nécessaire. L’élection de François Hollande m’a mis devant le fait accompli: catholique, il m’a semblé important de m’exprimer et de donner les raisons de mon opposition à cette loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. En effet, je suis conservateur sur le plan des moeurs. Dans l’ensemble des articles évoquant l’IVG ou la loi Taubira, je n’ai eu de cesse la volonté de prendre du recul sur l’actualité mais inévitablement, j’ai failli à cette nécessité. Aujourd’hui, plusieurs mois après le vote de la loi, il m’a semblé important de revenir une fois pour toute sur ces évènements.

En premier lieu, il s’agit pour moi d’apporter une précision que j’estime importante. Je connais à titre personnel certaines « figures » de la Manif’ pour tous. En particulier, Nicolas qui est un ami, et ce depuis trois ans. Je ne porterai aucun jugement sur son action mais tiens à apporter quelques précisions. Je concède volontiers que je n’ai pas forcément eu l’attitude qu’il aurait pu attendre de moi. J’ai douté de son comportement et le regrette amèrement. Nous en avons parlé. J’ai cru les propos et le portrait défavorable que l’on a fait de lui. C’était une erreur. Il ne faut jamais croire aux assertions répétées sans prendre la peine de les vérifier. C’est pourquoi, je tiens à revenir sur mon engagement contre la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux homosexuels. Ayant discuté longuement avec plusieurs personnes homosexuelles ces derniers jours, depuis la publication de mon dernier article,  je souhaitais mettre les choses au clair. Définitivement.

A plusieurs reprises, j’ai estimé qu’il était nécessaire de mettre en place une société de la reconnaissance. D’admettre l’ensemble des individus et de comprendre les prises de position de chaque groupe ou minorité de la société sans toujours les approuver mais concevoir qu’ils existent et qu’ils doivent être écoutés. Il est hors de question de gouverner selon les desiderata de ces minorités et je n’approuve pas le programme de la fondation Terra Nova qui prône ce moyen de gouvernance .

De manière inattendue, les opposants à la Manif’ pour Tous et les défenseurs de cette loi avaient un dessein commun: celui de ne pas être caricaturé. Hélas, les attaques incessantes portées contre la Manif’ pour Tous dont les manifestants étaient jugés comme les représentants-des-heures-les-plus-sombres de notre histoires ont été ignobles et faux. Les attaques portées par le sénateur Jean-Pierre Michel contre les centaines de milliers de personnes ayant défilé dans la rue étaient abjectes, Néanmoins, force est de constater que les opposants à la loi Taubira ne sont pas tous exempts de tout reproche. Loin de là. Lier pédophilie et inceste à l’homosexualité comme l’a fait le député Jacques Bompard ne peut pas être justifié et doit être condamné avec force. En réalité, le débat est devenu manichéen. Il fallait être Pour ou Contre cette loi. Je ne porte pas Frigide Barjot dans mon coeur mais j’ai déploré les insultés portées à son égard lorsqu’elle s’est déclarée en faveur de l’union civile entre couples de même sexe.

Je comprends tout à fait le désarroi des homosexuels. Je l’avoue. J’avais une vision pour le moins fausse de l’homosexualité. Comme beaucoup de catholiques, il s’agissait d’un  « monde » (*) que je ne connaissais pas. Or, il y a un domaine qui m’intéresse fortement, celui des médias, domaine où la proportion d’homosexuels est conséquente. Ma vision a ainsi évolué. Si trop souvent, on réduit les catholiques à des intégristes-réactionnaires, les homosexuels ne sont pas toutes des folles. Je sais que, jeune catholique, je ne suis pas le seul à avoir éprouvé un malaise évident devant des couples homosexuels. Reconnaissons le, l’épisode de Sodome et Gomorrhe dans l’ancien Testament n’est pas là pour favoriser l’homosexualité, ni pour lui donner une image bienveillante. Ajoutons que les relations sexuelles sont faites, en principe, pour se reproduire et non pour autre chose. Les homosexuels échappent ainsi à cette norme. Et face à cette situation, il est tentant d’adopter une position morale. Si cette explication n’a pas été avancée clairement lors des débats sur la Manif’ pour Tous, croire qu’elle n’est pas sous-jacente aux positionnements des catholiques est erronée. Si l’on a une vision uniquement morale des choses, ce que je comprends absolument, il convient d’être « parfait ». En particulier, ne pas commettre d’acte susceptible d’aller à l’encontre des préceptes tels que ceux définis par les Dix commandements. Je crois ne pas me tromper en affirmant que rares sont ceux qui peuvent le dire.

Je reconnais une faute que je regrette. Avoir manifesté une fois la loi votée. L’impression était désastreuse. Pour moi, il s’agissait de défendre une société traditionnelle fondée sur un père, une mère et des enfants. Elle n’est pas la meilleure, elle est la moins à pire. La loi semblait ainsi avoir une importance assez secondaire. Ce prisme que j’ai pu adopter n’était pas le bon. En effet, je n’ai jamais pensé un seul instant que la civilisation allait être être détruite par cette loi. L’homosexualité a toujours existé et elle perdurera. Défiler contre cette loi après qu’elle a été votée voulait de facto dire que je m’opposais à ces personnes. Tel n’a jamais été ma pensée. Je crois sincèrement que les tensions auraient été moins fortes sinon nulles si seule l’union civile avait été proposée durant une période moins troublée qu’aujourd’hui. Cette loi semblait être un moyen de contenter une minorité. On me répondra, à juste titre, qu’il existait une inégalité entre les couples homosexuels et hétérosexuels. J’ai longuement développé ici l’idée selon laquelle qu’étant différents, les couples homosexuels et hétérosexuels ne sont pas comparables et ne peuvent pas avoir droit aux mêmes droits. Je continue à le penser.

Le problème n’était pas là. Il aurait été opportun de développer une idée bien plus efficace selon moi. Laisser le mariage aux religions. L’Etat n’a pas à intervenir dans la vie privée des gens. Un notaire ou un avocat permettent d’établir un contrat entre deux personnes consentantes. Il n’en reste pas moins que je reste toujours opposé à cette loi mais je déplore le discours d’une partie de la droite, tel Laurent Wauquiez, qui affirme vouloir revenir sur la Loi Taubira en 2017, et qui dans un même temps se satisfait de la loi Veil. 220 000 avortements par an contre 7 000 mariages homosexuels. Je ne veux pas jeter l’anathème sur ces femmes qui avortent. Ce choix est douloureux et affirmer que supprimer cette loi permettrait de mettre fin à l’avortement est une bêtise sans non. En revanche, fermer les yeux sur les 220 000 IGV annuels et penser que la contraception est LA solution miracle est une faute. Affirmer que la loi Taubira sera supprimée, également.

*Ce monde n’est évidemment pas uniforme, il est aussi hétérogène que peut l’être le catholicisme.

Kephas

Publicités