La Croix: Les cinq raisons d’un succès

Image

La situation des quotidiens nationaux est dramatique. L’ensemble des journaux voit ses ventes diminuer. A l’exception d’un titre: La Croix.

Cinq raisons peuvent expliquer la réussite de cette revue qui a vu ses ventes en kiosque augmenter de près de huit pour cent en neuf mois.

 

  1. Une actualité dépassionnée                                                                                                                                                           Bouclé à dix-huit heures, soit bien avant ses concurrents, le journal La Croix ne peut pas rivaliser avec Le Parisien ou Le Figaro. Face à ce qui peut constituer un défaut, un choix a été fait. Celui de la distance avec les petites phrases et les polémiques. Ainsi, ce sont des articles qui prennent de la hauteur sur l’actualité de la veille qui sont traités. De nombreux dossiers sur des débats importants font l’objet d’articles détaillés. Par exemple, avant-hier, mardi, a été proposé un dossier équilibré sur le genre exposant l’avis des opposants et des défenseurs de ces études qu’ils soient philosophes ou sociologues, qu’ils vivent en France ou ailleurs. Pour autant, La Croix sait suivre l’actualité chaude quand il le faut. La période entre la renonciation du Pape Benoit XVI et l’élection du Pape François a fait l’objet d’articles quotidiens fournis.
  2. Une mise en forme didactique                                                                                                                                              Les articles sont rendus vivants par la présence de questions concrètes auxquelles des réponses sont apportées. De plus, le format adopté est le modèle tabloïd qui permet d’en faciliter la lecture.  Au fond, la Croix est le Buzzfeed avant l’heure de la presse écrite nationale française, par sa volonté d’accessibilité au plus grand nombre. L’exemple le plus visible en est le dossier économique hebdomadaire qui pourrait être abscons. Il reste pourtant clair par la présence de nombreux schémas explicatifs.
  3. Des journalistes spécialisés                                                                                                                                                                           Une analyse rigoureuse de l’actualité est apportée. Aussi bien Laurent de Boissieu, que Clémence Houdaille et Loup Besmond de Senneville ou encore Antoine Peillon se contentent d’aborder des thèmes qu’ils connaissent parfaitement. La droite et le centre pour le premier, la religion pour les seconds, l’économie pour le dernier.
  4. Des rendez-vous réguliers                                                                                                                                                                              La Croix propose de nombreux rendez-vous. La structure du journal est rarement « cassée ». La place du portrait quotidien proposé par l’hebdomadaire, le sport, la culture et la religion ne sont pas l’objet d’ajustements sous prétexte de l’évolution de l’actualité et mettant à la marge des thématiques supposées mineures.
  5. Un prix équilibré                                                                                                                                                                                               Si Les Echos, le Monde, le Figaro n’ont pas le même public que la Croix et proposent une offre différente, il est intéressant de constater qu’à l’exception notable du Parisien, la Croix est le journal le moins cher tout ayant l’ambition de proposer des contenus de qualité.

Kephas