Pourquoi la colère gronde (mariage homosexuel, suite et fin)

par Kephas

De multiples raisons expliquent l’exaspération des opposants au mariage et à l’adoption par les couples homosexuels, les voici exposées.

-Ne pas avoir eu de débat préalable
La seule élection de François Hollande à la présidence de la République n’est pas un blanc-seing qui lui est donné pour la mise en place de la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Un débat ouvert à toute la société française aurait été nécessaire. Les motifs avancés consistant au fait qu’il s’agit d’une modification majeure de notre société, que de toute façon, il s’agit d’une fiction juridique en affirmant, de fait, que deux pères et deux mères peuvent avoir un enfant, ce qui est, en réalité, impossible.

-Avoir été ignoré
Il suffit de voir avec quelle facilité les associations homosexuelles ont été reçues par le gouvernement par rapport à la rencontre entre François Hollande et Frigide Barjot pour se rendre compte de l’indifférence que les opposants au projet de loi Taubira ont pu susciter. Au regard, des manifestations provoquées par les chauffeurs de taxis qui, bien que bien moins nombreux, arrivent à faire reculer toute tentative de réforme, un sentiment de malaise s’est installé peu à peu. Les réactions des ministres au soir des premières manifestations nationales minorant le nombre de manifestants n’ont rien arrangées.

-Être sans cesse comparé à des homophobes
Les propos de Jean-Pierre Michel, rapporteur de ce projet de loi au Sénat, comparant la manif pour tous à la pire des homophobies ont été très mal perçues. Réduire l’opposition au mariage et l’adoption par les couples homosexuels à l’homophobie est un raccourci gênant. Il ne s’agit aucunement de comparer la vie personnelle des individus qui ne regardent qu’eux et qui ne doit pas être jugée mais de défendre une institution.

-Craindre l’extension à la PMA et la GPA
Elisabeth Guigou, en défendant le PACS, avait écarté la mise en place du mariage par les couples de même sexe. Les négations du passé se sont avérées dérisoires et alors même que la PMA, non prévue par le programme de François Hollande semble être évoquée dans la loi famille, rien ne peut garantir que le GPA, qui consiste à rendre un être humain « monnayable », ne puisse devenir une réalité.

Kephas

Publicités