Et si l’avenir était dans l’alternance ?

par Kephas

Rarement l’avis des intéressés aura été aussi positif. Longtemps limité au secteur manuel, l’alternance est un mode d’enseignement qui s’étend, de plus en plus, aux filières générales. Jugés souvent comme trop théoriques, les études de droit et d’ingénieur s’ouvrent, par ce biais, à l’entreprise. Ainsi, un nombre important d’étudiants, autour de moi, ont fait ce choix qu’ils jugent exigeant et passionnant. Exigeant, car ils sont considérés comme de véritables salariés, au côté de collègues aguerris, ils profitent de l’expérience du maître d’apprentissage afin de pouvoir mettre en application les connaissances reçus de manière concrète. Passionnant, car s’il existe de la fatigue accumulée par les cours dispensés, par ailleurs, et de fait d’un rythme de vie contraignant, ils bénéficient d’un savoir faire qu’ils n’auraient pas pu acquérir autrement, tout en étant assuré de garder leur emploi. L’entreprise y trouve aussi des avantages. Non seulement, elle dispose de crédit d’impôt mais en plus, elle a un rôle important dans la transmission de valeurs . Il y a quelques jours, j’ai ainsi pu vivre une journée à l’intérieur d’une usine fabricant des tuiles en terre cuite, Terreal. A l’occasion d’une journée consacrée au handicap, plusieurs étudiants d’un master de droit en alternance ont, avec un apprenti travaillant au sein de cette société, conseillé des employés quant à leur possibilité de reconnaître leurs droits. Au delà de cette simple démarche, nous avons passé la journée en compagnie de membres de l’entreprise qui ont pris de le temps, de nous inviter à déjeuner, d’expliquer leur métier tant sur la confection des produits que sur les moyens de diriger une société.  Alors que les entreprises ne sont, aujourd’hui, malheureusement, pas toujours valorisées, l’apprentissage nous montre un chemin sur lequel il semble important de s’engager. Celui de rapprocher le monde du travail avec celui de l’enseignement supérieur.

Kephas

Publicités