Sommes-nous tous des enfants gâtés ?

par Kephas

Il y a quelques mois, la France était classée par les pays les plus pessimistes au monde. La campagne est le reflet de cette situation. Les extrêmes atteignent près d’un quart des votes pour les prochaines élections présidentielles, les libéraux, à l’instar du talentueux Gaspard Koenig, accusent la France d’être attachés à la dépense publique tandis que les syndicats des fonctionnaires parlent du démantèlement du service public. Loin d’éluder les nombreuses difficultés que nous affrontons, comme les questions au combien essentielles de la dette, du chômage, du pouvoir d’achat mais aussi de la sécurité, il faut néanmoins souligner les qualités qu’offre notre pays.

Ayant eu la chance d’avoir vécu à l’étranger, je n’ai pas vu de système de santé aussi protecteur permettant à tous d’être soigné décemment, de réseaux de transport de qualité couvrant l’ensemble de notre territoire , de pouvoir compter sur ces associations qui permettent à tous, à travers le bénévolat et le don, de trouver un sens à sa vie. Il faut ainsi voir cette troupe de théâtre qui, depuis dix ans maintenant, offre la totalité de ses recettes afin de financer des études de jeunes du Haut-Karabagh, ces médecins, ces avocats qui soignent, consultent, conseillent gratuitement ou en échange de si peu.

Le prochain quinquennat imposera des choix rigoureux permettant de conserver ce système en le rendant plus efficace. Tout n’est pas gratuit, la vie a un coût que l’on ne doit certainement pas nier mais cessons de nous plaindre et ouvrons les yeux.

Ainsi, cette France, silencieuse, mérite notre plus grande considération.

Kephas


Publicités